13 novembre 2017

Lycéens issus de milieux modestes : les Maisons des Jeunes Talents accélèrent leur sensibilisation aux classes préparatoires

MJT-logo-fondation

« Oui la prépa, c’est possible » : Tesse, ancienne élève des Maisons des Jeunes Talents, actuellement en deuxième année à l’ESCP Europe , adresse ce message de conviction aux 80 élèves de première et terminale du lycée Marcelin Berthelot à Pantin, réunis spécialement pour découvrir les classes préparatoires et le programme d’égalité des chances proposé par les Maisons des Jeunes Talents.

Depuis presque 20 ans, les initiatives en faveur de l’accès aux grandes écoles pour les élèves issus de milieux modestes se sont multipliées : lancement des Conventions Education Prioritaire par Sciences-Po, création de l’association Une Grande Ecole Pourquoi Pas moi par l’ESSEC, obligation de 30% de boursiers dans les lycées de classes préparatoires… Et pourtant de nombreux freins subsistent, au premier rang desquels le manque d’information et l’autocensure.

Depuis deux ans, l’association Maisons des Jeunes Talents envoie ses anciens élèves témoigner de leur parcours d’excellence dans leurs lycées d’origine pour prouver, en chair et en os, que les classes préparatoires ne sont pas l’apanage des milieux favorisés. 18 interventions auprès de 588 lycéens de zones prioritaires ont ainsi eu lieu au cours de l’année scolaire 2016-2017.

Plus récemment, les Maisons des Jeunes Talents ont conclu un partenariat avec Sport dans La Ville (soutenue régulièrement par la Fondation Financière de l’Echiquier depuis 2009) pour « booster » l’ambition scolaire des jeunes filles accompagnées par l’association dans le cadre de « L dans la Ville », un programme qui les mène vers une insertion professionnelle réussie. A venir sur les 5 prochains mois : témoignages d’anciennes élèves des Maisons des Jeunes Talents à Paris et à Lyon, visite des Maisons des Jeunes Talents, participation au Week-end Découverte de la prépa organisé début mars à Paris par les Maisons des Jeunes Talents. L’objectif : encourager une trentaine de jeunes filles talentueuses à oser un Bac+5 plutôt que de se limiter à un BTS (Bac +2), un réflexe quasi-unique pour les bons élèves des quartiers prioritaires.

Nos 5 dernières actualités

Share This